Life style

Syndrome des ovaires polykystiques, mon expérience

Qu’est ce que le syndrome des ovaires polykystiques?

Le syndrome des ovaires polykystiques communément appelé SOPK touche environ 10% des femmes. C’est une pathologie endocrinienne découverte en 1935 par les docteurs Stein et Leventhal. Pour vous expliquer simplement, ce sont des follicules qui refusent d’entrer en croissance lors de la dernière étape de la phase folliculaire.

Les signes qui doivent vous alerter

Les gynécologues se basent sur différents critères. Il faut en avoir 2 sur 3:
•des troubles du cycle menstruel (aménorrhée ou cycle irrégulier)
•hyperandrogénie
•une présence à l’échographie d’une dizaine de follicules par ovaire.

Certaines femmes souffrent d’acné sévère et fonce chez leur dermato. Malgré divers traitements le problème est toujours présent. Et bien cela peut-être du au syndrome des ovaires polykystiques. Mais aussi on retrouve beaucoup de patientes qui ont une hyperpilosité du à l’excès d’androgènes. Egalement de fortes chutes de cheveux (alopécie) qui touche normalement plus les hommes. Tout cela devrait nous mener à faire des examens gynécologiques plus poussés.

syndrome des ovaires polykystiques

Les causes variées du SOPK

Je vous mets le lien d’une vidéo Youtube sur le SOPK qui est bien détaillée et très intéressante. A l’écrit je pense que cela va être trop « lourd » à comprendre. 

Ma découverte sur le syndrome des ovaires polykystiques

Tout se déroule pour le mieux dans mes jeunes années. Je tombe enceinte de ma fille en 6 mois après l’arrêt de la pilule. 15 jours pour mon fils donc aucun problème de fertilité. Pas de soucis gynécologiques jusqu’à la découverte de mon cancer qui se soigne très bien. Puis peu de temps après j’ai de vrai trouble du cycle menstruel qui me pousse à consulter. Je fais des tas d’examens au nom barbare mais personne ne trouve. Je consulte un endocrinologue pour éliminer des problèmes de thyroïdes mais ça ne vient pas de là. Les années passent et même sans contraception pas de grossesse. Une amie me conseille son spécialiste. Je lui expose mes symptômes, il me fait une échographie sur le champs et il me dit que je suis atteinte de SOPK. Après 6 ans et des examens douloureux, je sais enfin ce que j’ai. Mes ovaires sont remplis de follicules immatures, ils n’arrivent tout simplement pas à se développer par manque de place. 

syndrome des ovaires polykystiques

Les conséquences du SOPK

Le tout premier est évidemment la difficulté à tomber enceinte. Je vous rassure tout de suite ce n’est pas impossible, des traitements existent. Ils doivent se prendre à différents moments du cycle pour que les ovaires se régulent. Par contre une fois le traitement arrêté retour à la case départ. Il peut même arriver que l’on tombe enceinte parce qu’un mois l’ovulation se soit faite.

Le second est qu’en cas de grossesse, il y ait un risque accru de fausse-couche, d’accouchement prématuré, de diabète gestationnel et de pré-eclampsie.

Ensuite, une intolérance au glucose et un diabète de type 2.

Mais aussi une hypertension artérielle et encore bien d’autres.

Le traitement pour les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques

La forme de traitement la plus courante pour le SOPK est le contraceptif oral. 
En prenant ce contraceptif de façon continue ou par cycles, vous arriverez à :

  • corriger le déséquilibre hormonal 
  • abaisser le taux de testostérone 
  • régulariser vos périodes menstruelles
  • réduire le risque de cancer de l’endomètre 
           Etes-vous atteinte de SOPK?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *