Pourquoi ai-je eu besoin de faire une reconversion professionnelle?
Comment tout s’est déroulé?
Je vous raconte tout, peut-être que ça pourra servir ou tout du moins vous expliquer pourquoi il me fallait changer de statut. 

reconversion professionnelle

Reconversion professionnelle, mes premières aspirations

Mes premiers souvenirs me ramènent à mon désir de devenir professeur de danse. J’ai pratiqué pendant 8 ans la danse moderne/jazz et forcément je voulais moi-même donner des cours. Heureusement une déchirure des ligaments croisés a épargné à plein d’enfants d’avoir une prof médiocre. (il faut être honnête avec soi-même)

Juste après cette envie, j’ai été très attirée par la psychologie. J’ai même fait un stage avec une psychologue, assistée à une soirée où les professionnels étaient réunis. C’était d’ailleurs un moment assez étrange et malaisant. Mais après réflexion, je ne me sentais pas capable d’écouter sans être affectée et même de ne pas m’impliquer émotionnellement. J’ai donc vite oublié cette filière.

Celle qui a suivi, était le droit. Devenir avocate me faisait vibrer. J’ai aussi grandi en regardant Ally McBeal, alors bon ai-je été influencé? Peut-être bien. Quand on m’a expliqué qu’il fallait apprendre le code civil, pénal et j’en passe. J’ai commencé à déchanter. Et quand j’ai pris conscience que j’étais susceptible de défendre des assassins, violeurs… Il ne m’en fallait pas plus pour revoir mes ambitions.

Je pense qu’il faut prendre beaucoup de facteurs en compte pour s’orienter comme il faut. Ses zones de compétences, connaître les facultés de son esprit, son émotivité, ce que l’on est prêt à faire…
De mon côté, j’ai un esprit scientifique donc le droit me semblait compliqué. Le syndrome du sauveur qui m’habite aurait rendu complexe l’exercice de la fonction de psychologue. 

mon parcours professionnel

Mon parcours professionnel

J’ai fait différents emplois, toujours dans le salariat. Même si je me connaissais assez pour savoir que je voulais travailler pour moi-même, la vie n’est pas toujours simple. Je me suis donc résignée à être employée.

Ma zone de compétence étant l’administratif, je me suis dirigée vers des emplois de bureau. 

Puis en 2011 j’ai voulu concrétiser un rêve, vivre dans le sud de la France, à la mer. 
Sauf que dans le département où je me suis installée, le boulot était très rare. Surtout pour des parisiens, il était difficile de s’intégrer. Je me suis donc retrouvée dans la vente et je peux vous dire que ça a été ma pire expérience professionnelle.
Dépourvue de fibre commerciale, c’était donc un enfer pour moi.

Je gardais toujours en tête mon envie d’être mon propre patron. Ne sachant pas déléguer et ayant des difficultés avec le fait de travailler en équipe sur un même projet, tout était en accord.

reconversion professionnelle le déclic

Reconversion professionnelle, le déclic

Mon dernier emploi était assez proche de mon domicile, je me suis donc décidée à y aller en vélo.
En 3 ans, je n’ai été en arrêt de travail que pour 2 opérations et un blocage des cervicales.
Toujours en avance, à en faire 2 fois plus que mon poste. Ma conscience professionnelle était solide même si l’ennui me gagnait.

Puis les derniers mois, j’avais une envie assez choquante. Me faire renverser par une voiture, un petit accident sans gravité. Mais qui me permettrait de me mettre sur OFF pour me poser et réfléchir. Car quand on a la tête dans la guidon il est difficile de prendre de la distance. J’agissais avec automatisme et je ne me voyais pas me noyer dans un profond mal-être.

Les vacances sont arrivées, j’ai pris le temps d’analyser la situation et je me suis rendue compte que je commençais à être en burn-out.
Chose qui ne m’était jamais arrivée, je devais me reprendre en main. Soit revoir ma façon de vivre mon salariat, soit prendre le taureau par les cornes.

La rentrée pointait le bout de son nez et j’étais au plus mal. Vous voyez cette boule au ventre, les insomnies, l’incapacité de sortir de son lit. La tête veut mais le corps ne suit plus.
Il était temps de reprendre les rênes de ma propre vie, comme je l’avais toujours fait. Donc je m’y suis rendue le lundi et annoncé que je partais. J’étais arrivée au bout de ce que je pouvais m’infliger. 

et après

Et l’après

Mon projet d’entreprise était déjà là, quelque part au fond de mon esprit, il me restait plus qu’à le mettre en place. Ce qui a eu lieu quelques jours après. Ma reconversion professionnelle prenait forme.

L’entrepreneuriat me procure une très grande liberté d’esprit et aujourd’hui je me sens alignée comme jamais auparavant.
La boutique a ouvert ses portes il y a plus d’un an maintenant. J’ai fait un choix concernant les tarifs qui ne rend pas mon activité lucrative mais je bosse sur un gros projet qui je l’espère verra le jour avant la fin de l’année.
Et je peux vous dire que je suis très excitée de tout ce qui se prépare en coulisse. Vous serez évidemment les premiers avertis quand ce bébé pointera le bout de son nez.

Tout ça pour vous dire que parfois nous attendons que la vie nous oblige à revoir nos ambitions. Si j’avais attendu l’accident soit j’aurai eu quelque chose de grave, soit j’aurai fini sous traitement médicamenteux pour tenter de tenir.
Mais n’oublions pas que la vie peut être courte, que se sentir heureux, épanoui n’a pas de prix. Prendre le contrôle de sa propre vie est ce qu’il y a de plus important.
Donc si un feu vous anime mais vous ne trouvez pas courage, posez-vous toujours cette question « Et au pire? »

Je vous souhaite à tous de vous écouter, de briller et de vous offrir votre vie de rêve.

                   Avez-vous déjà vécu une reconversion professionnelle?

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager 🙂

reconversion professionnelle
%d blogueurs aiment cette page :