Papillomavirus ou le HPV, mon expérience

papillomavirus

Qu’est ce que le papillomavirus?

Voilà ce que l’on trouve sur le net :
Les papillomavirus humains (HPV) appartiennent à une famille de virus comptant plus de cent variantes. Les conséquences d’une infection peuvent, selon le type de papillomavirus, aller des verrues génitales aux cancers. Plus de 99 % des cancers du col de l’utérus sont provoqués par une infection chronique par papillomavirus.
On dénombre ainsi chaque année 258 000 décès dans le monde, dont 1 000 en France.

La découverte

Pour vous raconter un peu le commencement de l’histoire,
je suis devenue maman une première fois puis une seconde très rapidement derrière, détestant les consultations gynécologiques, j’ai repoussé pendant quelques années.
Puis un jour, je décide de me renseigner sur l’implant contraceptif, pour ce faire, je prends rendez-vous chez ma gynéco. Bien évidemment je ne coupe pas au merveilleux frottis.

Et là tout commence, l’attente des résultats est très longue,
puis je reçois un appel de la gygy qui me dit que les résultats ne sont pas terribles (mais de ne pas m’inquiéter cela doit être pas grand-chose) mais qu’il faut qu’elle réalise une biopsie de mon col de l’utérus.

Second rendez-vous, elle me fait l’examen, et c’est reparti pour attendre encore quelques semaines.
Rebelote elle me contacte en me disant de revenir au cabinet, bon je n’avais pas besoin qu’elle aille plus loin dans l’explication j’avais saisi que ça n’allait pas.

papillomavirus

Le traitement contre le papillomavirus

Troisième rdv, elle m’annonce qu’il faut prendre contact avec un confrère pour un traitement car effectivement contrairement à ce qu’elle croyait, j’ai un début de cancer.

Me voilà avec cette nouvelle à digérer et un avenir flou. Quel traitement vais-je avoir ? Chimiothérapie? Radiothérapie? Hystérectomie? A 24 ans c’est plutôt difficile à gérer.

Mais je prends les choses en main, je ne m’écroule pas et puis advienne que pourra.
Le rendez-vous est fixé avec le chef de service de l’hôpital et il m’annonce le verdict, que si j’avais eu ne serait-ce que 10 ans de plus il n’aurait pris aucuns risques et aurait procédé à une hystérectomie (ablation de l’utérus) mais au vu de la situation, il va tenter la conisation (brulage des cellules cancéreuses). D’un côté cela me rassure de ne pas subir de traitements invasifs, ne pas perdre mes cheveux et être malade comme un chien est moins traumatisant pour mes enfants qui sont à cette époque encore très jeune.

L’intervention est programmée d’urgence on me fait comprendre qu’on doit intervenir assez vite car c’est à un stade quelque peu avancé et donc 10 jours après c’est parti, je suis sur le billard.

Tout se passe très bien, au réveil la chirurgienne m’explique que c’était plus important encore que ce qu’ils pensaient. Que le brulage m’a laissé le col ouvert et qu’une future grossesse va être compliquée niveau surveillance. Alitée pendant 9 mois et tentative de cerclage sans grande conviction.
Me voilà prévenu.

De nouveau de l’attente jusqu’au prochain examen, vérifier qu’aucune cellules cancéreuses soient restées.

L’après

Résultat parfait, cela a très bien marché.
Mais le suivi derrière est pointu,  un frottis tous les 3 mois pendant un an ; puis on passe à un frottis tous les 6 mois pendant encore un an et si tout va bien on repasse à 1 par an.
Moi et mon horreur pour les gygys je ne vous raconte pas la corvée.

J’en suis à 10 ans et pour le moment je suis débarrassée de tout ça, plus de cellules cancéreuses. J’appréhende toujours quand les résultats sont longs à arriver, mais heureusement tout va pour le mieux.

Si jamais cela devait revenir une chose est sûre, je ne couperai pas à l’hystérectomie, même si cela mettrait fin à mon désir d’une troisième grossesse, mais le principal est que je puisse continuer à élever mes enfants sereinement.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager 🙂

papillomavirus ou hpv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :