Un sujet me tient à coeur, les injonctions des réseaux sociaux ou du moins comment nous interprétons le contenu que nous consommons.
C’est ma vision personnelle et mon ancienne façon de recevoir les messages que je vais vous exposer ici, mais cela ne parlera pas à tout le monde. Surtout si vous êtes de ceux qui ont toujours le recul nécessaire en scrollant sur les différents réseaux.

Les injonctions des réseaux sociaux, pourquoi ai-je interprété ainsi le contenu que je consommais ?

Vous le savez sûrement si vous êtes assidus à mon contenu, le développement personnel et la spiritualité me passionnent.
Je suis donc des comptes de cette « niche » sur Instagram.
Malheureusement je crois qu’à un moment donné je me suis perdue. Perdue moi-même.
Que ce soit dans les stories ou les posts fixes je ne voyais que des gens heureux, gentils, bienveillants, épanouis…en toutes circonstances.
J’en suis venue à me demander pourquoi ma vie n’était pas comme cela 24 heures sur 24.

De fil en aiguille, la comparaison s’est installée, j’ai remis beaucoup de choses en question. 
Est-ce que la vie devait être un film romantique de Noël? Un conte de fées digne de Disney?
Si oui, ça ne représentait pas ma réalité. J’en ai donc conclu que j’avais du boulot pour être dans le vrai.

Sourire tout le temps, n’ avoir que des émotions positives, ne jamais m’indigner ou me plaindre. En résumé être dans le « blanc », lisse et aimable quoi qu’il arrive.
Une pression a pris possession de mon esprit plutôt serein jusqu’alors. 
Une envie constante de modifier mes comportements et ressentiments profonds. 

Je ne pouvais plus être moi, puisque ce que je voyais ne me représentait pas réellement et surtout à chaque instant.
Et voilà comment on finit par se perdre tous les jours un peu plus, que l’on se cherche une « nouvelle identité ». Pour s’éloigner toujours plus loin de son soi.

Comment m’en suis-je aperçue?

Jusqu’à récemment, je pensais que tout ce que je regardais était la meilleure façon d’être, sans remettre en question la véracité de ce qui m’était montré. Je travaillais dur pour ne plus avoir cette partie sombre en moi.

Grâce à mon âge et ma maturité j’avais conscience que ce je voyais sur les réseaux sociaux était « contrôlé », rares sont les personnes qui se filment en train de pleurer, de s’énerver contre ses enfants… 
Mais malgré ça je n’ai pas pris le recul nécessaire et pensé que j’étais le problème.

Depuis 3 mois, je suis une thérapie par les rêves et je me suis prise en pleine tête le fait que je n’étais pas sur la bonne voie.
L’une des interprétations m’a révélée qu’il fallait que je renoue avec mon côté « noir ». Je recevais une alerte claire, j’allais vers un danger si je continuais de la sorte. Ce message m’a réveillé de cet état où je m’étais plongée inconsciemment. 
Parce que oui nous avons besoin de notre côté Yin et de notre côté Yang pour être parfaitement équilibré.

Comment j’ai repris le contrôle face aux injonctions des réseaux sociaux?

J’ai accepté que je pouvais et même devais ressentir des émotions négatives, trouver des situations déplacées et je n’étais pas une mauvaise personne pour autant.

Comment avais-je pu croire que l’on pouvait toujours être enjoué, de bonne humeur tout le temps?
Non, personne ne passe une vie entière sans se lamenter. Et oui ça fait du bien de faire sortir toutes ces choses « négatives ». Ca permet de se délester d’un poid, de relativiser et de voir le problème sous un autre angle.

Les émotions négatives sont très importantes car elles nous protègent, nous lancent des alertes. Il faut les accepter, les écouter et surtout se faire confiance.

Depuis que je m’éloigne des réseaux sociaux, que je me désabonne de certains comptes, je retrouve la pleine possession de mes émotions.

Parce que la finalité ultime de la vie c’est d’être parfaitement imparfait, d’être soi.
Alors effectivement Pierrette voyage aux 4 coins du monde, est-ce que cette vie de nomade me conviendrait?
Paulette a toujours le sourire et ne s’énerve jamais en voyant des choses inacceptables. Mais est-elle plus dans le vrai que les autres?
Jacquette semble avoir trouver l’homme parfait. Si moi, je me suffis et ne compte pas sur un homme, suis-je sur le mauvais chemin?

Et bien non, j’ai mes forces, mes faiblesses, mes qualités et mes défauts. Toutes ces facettes de ma personnalité font que je suis plus forte dans une situation et plus faible dans une autre et je suis unique tout simplement.
Nous avons tous des histoires différentes, des objectifs de vie différents et c’est tant mieux.
Chacun à notre façon nous constituons cette diversité et c’est tout cela qui rend les échanges enrichissants.

Et maintenant?

Alors maintenant je ne me sens plus coupable quand je vis des moments moins « instagramables ».
J’accepte d’être en colère quand la situation me rend dingue.
Et surtout je prends de la distance avec ce qui pullule sur les réseaux pour mon bien-être mental.

Depuis que j’ai pris conscience de tout cela, je vais beaucoup mieux.
Je renoue et jongle entre ma part d’ombre et je suis plus complète ainsi.

Pour conclure je vous dirais sachez vous déconnecter, ne prenez pas pour argent comptant tout ce que vous voyez.
Ne remettez pas vos  émotions en doute, elles sont là pour quelque chose et ont raison de vivre en vous.
Lâchons nous la grappe car personne n’est parfait ou n’a la vie parfaite!

         Avez-vous déjà ressenti des injonctions sur les réseaux sociaux?

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager 😉

Les injonctions des réseaux sociaux Pinterest
%d blogueurs aiment cette page :