La maternité et moi, ce que je voulais et ce que j’ai vécu

la maternité et moi

La maternité et moi va être un article très intime et peut-être même tranché. Evidemment je vous expose MON point de vue, MES idéaux ce qui ne signifie pas que si vos choix sont diamétralement opposés c’est horrible. Il n’y a pas qu’une seule façon de voir ou vivre les choses et heureusement.

La maternité et moi, la révélation

Mon envie d’enfant s’est manifestée assez tôt, j’ai eu un petit frère du côté paternel à l’âge de 16 ans et ça a réveillé quelque chose en moi, qui devait déjà être présent. Je ressentais cette envie irrépressible d’être maman et d’être maman « jeune ». Là où mes amies d’enfance n’avaient pas du tout ce besoin, je savais que mon parcours allait être différent. Le plaisir des sorties, des soirées… ne me faisaient pas rêver, je voulais consacrer ma vie à mes futurs enfants. Je me sentais prête au plus profond de moi. 

la maternité et moi

Ce que je voulais

Je voulais avoir une grande famille, être entourée d’enfants, de bruits mais à une condition, avoir une grande maison avec jardin… Un environnement idéal pour qu’ils puissent s’épanouir au quotidien, se dépenser et avoir de l’espace. Car oui je ne souhaitais pas 3 ou 4 enfants, non j’en voulais 7. Evidemment les finances devaient suivre vu que les enfants ne vivent pas d’amour et d’eau fraîche. 

La maternité et moi, la réalité

Comme je vous le disais ici, j’ai eu mon premier enfant à 19 ans, le second à 20. Le choix du roi, une fille et un garçon, ce qui ne me dissuadait pas d’en vouloir plein d’autres. 
Notre choix d’éducation a été que j’arrête mon activité pour les élever jusqu’à leur entrée en maternelle. Ce qui était parfait car je ne faisais confiance à personne pour les garder. Et je savais que mon plus grand bonheur serait d’être là pour les premiers mots, les premiers pas. Je voulais l’exclusivité de tous ces moments forts de leur vie.
S’en est suivi les tracas de la vie, séparation, maman solo…  Cela n’a pas été difficile pour autant, je ne regrette pas un seul instant mon choix. Nous avons vécu à 3 dans une bulle d’amour, de respect les uns des autres, dans un cocon où il était difficile de s’insérer.

maternité

Mon rêve de famille nombreuse

Il faut du temps pour se reconstruire, rencontrer de nouveau un compagnon avec qui l’on a envie de refonder quelque chose. Je pensais avoir un 3ème enfant avant mes 28 ans, c’était la dernière limite que je m’étais fixée. A ce stade j’avais fait le deuil des 7 enfants que je désirais mais bon un troisième serait le bienvenue. Puis le destin en a voulu autrement, j’ai rencontré des problèmes (cancer puis syndrome OPK) et j’ai compris que soit 28 ans ne serait pas respecté soit ce dernier petit bout ne verrait pas le jour.

La maternité et moi, ce que j’ai vécu

J’ai commencé un parcours PMA pour envisager une dernière grossesse que j’ai arrêté au bout d’un an. Je ne pensais qu’à ça, étais déçue chaque mois, ça a été une période très difficile. Surtout que mes amies commençaient seulement a avoir des bébés. Puis il y a 2 ans j’ai fait mon deuil, non pas que je n’aime plus les bouts de chou, mais voilà aujourd’hui j’ai 2 grands ados à la maison et c’est très bien.
Je me dis que si j’avais fait le choix d’attendre pour les avoir et bien je n’aurai peut-être pas pu. Et je suis très reconnaissante d’avoir vécu mes grossesses et d’avoir élevé ces petits êtres qui me rendent fière et heureuse.

Alors oui la vie ne nous offre pas toujours ce que l’on souhaite, mais est-ce grave pour autant?
J’ai tout donné à ma fille et mon fils, avec le recul je relativise en me disant qu’à 7, je n’aurai pas pu avoir le même rapport avec eux. 
A présent je les regarde et je me dis que la vie est plutôt bien faite…

    Combien d'enfants rêviez-vous d'avoir?

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager 🙂

la maternité et moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :