Life style

La chirurgie réparatrice, mon expérience

Ah j’ai dit chirurgie réparatrice et non esthétique. Le pourquoi est, que cette chirurgie regroupe beaucoup de choses.

Il y a la chirurgie réparatrice pour corriger un problème suite à un accident (brûlure, accident domestique, chute…)ou une malformation.
Il y a la chirurgie esthétique pour corriger une partie de son corps qu’on aime pas, pour améliorer son apparence…

Le pourquoi du comment, j’ai envisagé la chirurgie réparatrice

Aujourd’hui je vais vous parler de mon propre vécu et donc de chirurgie réparatrice.
Il y a de ça 20 ans, j’ai fait un malaise en pleine rue et je suis tombée sur la face (bah oui sinon c’est vraiment pas drôle). Résultat déviation de la cloison nasale. Sauf que je partais en vacances le lendemain et de ce fait je me suis faite opérée sur place. Et on ne peut pas dire qu’ils se soient cassés la tête. En gros ils ont réduit la déviation et en avant Guingamp. Mais c’était sans compter que mes os se sont ressoudés comme ils le sentaient, et ils le sentaient plutôt mal. Je me suis retrouvée avec une bosse et au fil des années les os propres du nez déviaient. Esthétiquement ce n’était pas joli, psychologiquement c’était difficile à vivre. Je vous passe les complexes, je ne supportais plus d’être vu de profil… et niveau respiratoire c’était pas le joie.

chirurgie réparatrice

Les premières démarches de ma chirurgie réparatrice

Les années sont passées et je savais que ça allait me coûter un bras. Donc je me contentais de vivre avec ce nouveau nez qui me bouffait la vie. Puis en fin d’année 2016 j’ai appelé l’hôpital pas loin de chez moi pour un rendez-vous, un devis, un avis et la secrétaire m’informe qu’il serait bien que je fasse un scanner car si une déviation est toujours persistante, il y a une possibilité d’être prise en charge par la sécurité sociale.
Ni une, ni deux, direction la clinique et le scanner. J’attends avec impatience et croise les doigts pour avoir les os en vrac, une déviation de malade. Ma famille me prend pour une grande tarée mdr mais moi je sais que sans ça, je ne suis pas prête de passer sur le billard.

Le processus se met en marche

Les résultats arrivent et bonheur, j’ai toujours une déviation et les os propres du nez qui se sont déplacés. J’arrive toute frétillante chez le chirurgien plasticien, lui montre fièrement mon scanner et attend qu’on débriefe des travaux à faire, car oui ça va être un super chantier. Il me fait une entente préalable pour la déviation de la cloison et me dit que pour la bosse cela risque d’être à ma charge, mais bon il sollicite un 2ème rendez-vous.
Au second rencard, l’entente préalable acceptée, il m’annonce que vu les circonstances tout va être pris en charge.
J’ai vu la lumière au bout du tunnel. Une nouvelle vie, envolé le complexe qui pour le coup ne peut être camouflé vu qu’il trône en plein milieu de ma face.
Après 3 rendez-vous et une opération de repoussée pour grève d’anesthésistes, j’y suis ENFIN.

Passage au bloc

Je rentre un jeudi 16h à l’hôpital, revois mon chirurgien, on se met d’accord une dernière fois sur ce qu’il faut remettre en état, sur les résultats atteignables…
Vendredi 5h, on me réveille pour ma 2ème douche à la bétadine. Je suis programmée la première au bloc, joie, je ne mourrais pas de faim toute la journée.
Et allez c’est parti, je balise un peu, j’ai peur ne pas me sentir à l’aise avec mon nouveau visage (car oui de face rien n’était choquant) mais il me rassure une dernière fois, je suis pressée aussi de voir le résultat et hop je suis dans les bras de Morphée.

Le réveil

Au réveil la sensation est quelque peu étrange, impossible de respirer par le nez, plâtre, mouchette… La totale recouvre mon visage. Quand je prends mon téléphone pour constater les dégâts hummm je suis un peu horrifiée. Mais une chose est fantastique, je ne ressens aucune douleur, rien comme si il n’avait fait que m’endormir. Il m’a quand même détruit le nez ohhh où est la souffrance?
Je suis contente, qu’on ne se méprenne pas!!!

La longue attente commence

Et là commence la longuuuuue attente, les mèches sont enlevées le lendemain mais le plâtre il faut attendre 10 jours.
Le 9ème jour, avec la chaleur, la transpiration, le sébum…le plâtre tombe donc je vois le résultat en direct live de ma salle de bain et là la blague, j’ai toujours le même pif. La bosse est toujours présente. Bon j’avais fait tellement de recherches les mois précédents que je ne m’inquiète pas de trop.
10 ème jour direction l’hôpital et le chirurgien me dit de ne pas m’en faire, que tout est normal, que l’opération s ‘est passée comme il le souhaitait que tout allait être comme on l’avait dit.

Donc c’est parti je prends des photos chaque semaine pour constater l’évolution. Ne me voyant jamais de profil… et le choc au fil des jours, mon nez dégonfle c’est impressionnant. La bosse disparaît et c’est la revivance (oui ça n’existe pas mais on se comprend) mes os propres sont beaucoup moins en mode freestyle. Je suis la plus heureuse, je ne me souvenais même plus de mon visage avant mon malaise donc sans bosse.

Les suites d’une chirurgie réparatrice

Il faut savoir que ça dégonfle totalement au bout de 6 mois et que le nez est définitif après un an. 

Une chose est sure, si j’avais su bien avant, que mes conditions rendaient l’opération prise en charge par la sécurité sociale, je me serais faite opérer bien plus tôt. Se sentir bien dans son corps est la chose la plus importante qu’il soit. Cela rend notre comportement en société bien moins farouche et c’est un bonheur de ne pas faire attention à ne pas être vu de profil… Maintenant je me tiens comme je veux, sans penser à tout, sans anticiper les situations. Je retrouve une certaine liberté de mouvement tout simplement.

Attention, je ne prône pas le chirurgie plastique, qu’elle soit réparatrice ou esthétique. Si l’on peut vivre avec ses petits problèmes inesthétiques c’est très bien. Pour ma part cela était une conséquence d’ « accident » et me prenait vraiment la tête, mais il ne faut surtout pas oublier qu’aucune opération est sans danger. Bien réfléchir surtout quand la zone concernée est le visage car on peut très bien ne pas se réapproprier son nouveau reflet et ce serait dramatique. Mon expérience s’est très bien passée, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Cela faisait 15 ans que je savais que je me ferais opérer un jour. Un conseil ne jamais prendre les choses à la légère et encore moins sur un coup de tête!

Avez-vous déjà eu recours à la chirurgie plastique?

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager 🙂

la chirurgie réparatrice

2 thoughts on “La chirurgie réparatrice, mon expérience

  1. Coucou, ne t’inquiète pas, je pense que les personnes qui font des recherches ont justement besoin de conseils avant de se décider. Perso je me suis faite opérer fin décembre, pour retirer un complexe qui me gacheait la vie. Le rdv des 3 mois est dans quelques jours, mais je pense qui ne complication est en train de survenir: une petite bosse de développe lentement au fil des jours sur l’arete du nez…. affaire à suivre…

    1. Coucou, oui je pense aussi que tous témoignages est bon à prendre. Ah vivement ton rendez-vous que ton chirurgien t’explique et te rassure alors. N’hésites pas à me tenir au courant de la suite de ton aventure 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *